Romain Sombret - Président MCES

  • 1) Tout d'abord Romain, peux-tu nous expliquer ton parcours ?

  • J’ai fait mes études à Marseille (Kedge BS) puis suis parti travailler en cote d’ivoire dans l’industrie agricole. J’ai ensuite passé 12 ans chez Gemalto (leader mondial des cartes à puces) dans les métiers de la Supply Chain du marketing et des ventes à l’international. Beaucoup de voyages, les enfants grandissent … aussi en 2012, je lâche tout pour créer mon propre business : des centres de Foot 5 dans la région de Marseille

    Depuis 2008, je suis également membre du conseil d’administration (avec Bernard LAMA, Patrick VIEIRA, Jimmy ADJOVI BOCO) de DIAMBARS, un projet au Sénégal qui vise à utiliser la passion du football comme moteur d’éducation

    C’est avec ces racines que nous développons avec mon épouse des académies « Foot 5 » ou nous mettons les valeurs du sport au cœur du dispositif , travaillons et développons le même concept avec l’OM, formons des coachs, gérons le marketing et le développement commercial de ces offres partout en France et en Algérie

    En 2017, on me parle d’esport : le flash !! Mon fils de 13 ans ne serait donc pas le seul à rêver de devenir joueur professionnel d’esport ? Nous décidons en 2018 de créer des académies d’esport pour accompagner la structuration de ce marché

  • 2) MCES a aider a mettre en place la formation de Brevet Professionnel de la Jeunesse de l’Education Populaire et du Sport Activités Physiques pour Tous (BP JEPS APT) spécialisation e-sport ? Peux-tu nous en dire davantage sur ce diplôme ?

  • Nos expériences passés dans le sport nous ont fait comprendre l’importance de la formation des coachs, base indispensable pour accompagner la formation des plus jeunes

    Nous avons donc contacté le Comité Regional Olympique afin de leur soumettre l’idée de créer un diplôme pour des coachs esport en reprenant un diplôme déjà existant et qui serait reconnu par l’état afin d’offrir de vraies perspectives d’emploi

    Ce diplôme sera délivré après 12 mois de cours dont une grande partie permettra d’acquérir des compétences génériques dans la gestion et la transmission auprès des jeunes. Il était indispensable pour nous que le diplomé soit certifié et peremtte une réelle insertion dans le monde du travail par la suite. Nous voulions également que la formation soit totalement GRATUITE et que les coachs soient considérés comme des apprentis dans cette industrie naissante

  • 3) Deux années d'analyse ont été nécessaires à la création de ce brevet. Quelles actions et études ont été entreprises au cours de cette période ?

  • Il a d’abord fallu convaincre les responsables du comité régional olympique d’associer leur nom, leur énergie et leurs compétences au sujet. Nous avons ensuite contacté un centre de formation des apprentis (aidé en cela par le CROS) pour valider la faisabilité. Nous avons revu le programme pédagogique pour définir les UC indispensables à la certificaitn du diplôme et les compléments que MCES pourrait apporter sur le spécifique esport

    Nous avons fait participer France esport aux discussions (merci à Nicolas BESOMBES notamment) pour insérer ce projet dans un cadre plus global

    De nombreuses réunions et échanges ont eu lieu avec le CROS, France esport, Futurosud (CFA) afin de définir un programme définitif qui remplisse tous les objectifs fixés

  • 4) Comment avez-vous pensé la progression pédagogique du BP JEPS APT, notamment quant aux 182 heures dédiées à l'esport ?

  • Partant de la feuille blanche, nous avons d’abord regardé les compétences que nous – MCES – avions en interne pour transmettre. Notre équipe professionnelle étant sur 3 jeux principaux (FIFA, FORTNITE, LOL) et ces 3 jeux représentant relativement bien « l’esport » sous toutes ses facettes nous avons décidé de construire autour de ces 3 jeux

    L’objectif étant que les coachs soient capables de construire et adapter des séances sur chaque jeu - sans être des experts du jeu lui-même -la progression pédagogique vise avant tout à donner un vernis pour chaque jeu que les coachs devront ensuite perfectionner selon leurs besoins et affinités. Nous visons à développer des compétences « multi-gaming » afin d’accompagner la strate amateur du jeux vidéo.
    Nous ne formons pas les futurs coachs professionnels (même si c’est une excellent point d’entrée) mais les « coachs du quotidien » … ceux qui manquent cruellement pour accompagner mon fils dans sa passion :)

  • 5) [Instant PUB] : Qu’est ce qui fait la particularité de MCES dans l’écosystème esport ?

  • Nous sommes entrés sur ce marché par l’idée des académies. La diplôme dont nous parlons ci-dessous en est la meilleure preuve. Mais nous avons également décidé de monter une équipe professionnelle afin de proposer une véritable pyramide de formation depuis le monde amateur jusqu’au plus haut niveau pro.

    A chaque étage, nous mixons le sport et l’esport car pour nous la performance neuro cognitive est liée au bien être physique et mental

    Très peu de structures se préoccupent aujourd’hui de la formation des futures « pépites » et encore moins du monde amateur. Nous considérons que l’esport est une activité comme une autre et qu’elle mérite d’offrir au plus grand nombre la possibilité d’être formé, accompagné et de vivre sa passion comme dans n’importe quelle autre activité. Notre mission est donc de proposer partout en France (et à l’étranger) des programmes courts ou longs qui permettent aux plus jeunes de se retrouver

  • 6) Quels sont les indicateurs de réussite que vous vous êtes fixés vis-à-vis de cette formation ?

  • A très court terme déjà lancer cette formation avec un maximum de structures d’accueil pour les jeunes sélectionnés. La mise en place de cette formation doit permettre de fédérer l’écosystème local et de sensibiliser les pouvoirs publics à cette industrie naissante.

    Dans 12 mois, pouvoir avoir 16 coachs formés, capables d’intégrer des structures 100% esport ou des clubs de sport traditionnelles qui voudraient lancer une section esport.

    L’emploi de ces coachs sera le principal critère de réussite , preuve que de vrais business models se mettent en place et permettent de pérenniser la filière

  • 7) Enfin, le conseil du Chef : De nombreuses formations dédiées (ou partiellement dédiées) à l'Esport voir le jour depuis quelques années. Quelles précautions, ou recherches préalables, pourrais-tu formuler aux éventuels étudiants désirant les intégrer ?

  • Faire ses études dans un domaine qui nous passionne est toujours une bonne chose. La multiplication des formations proposées répond à cette passion grandissante et c’est tout à fait légitime.

    D’autant plus que l’industrie du jeux vidéo propose des débouchés et que l’esport permet d’acquérir de vraies compétences métiers

    Comme pour tout domaine, il faut avant toute chose se renseigner sur les formations proposées, leur accréditation, la qualité du corps pédagogique, les connections avec le monde de l’entreprise. J’ai vu de très belles écoles se monter ces derniers mois , il faut juste choisir la bonne, celle qui correspond à ses envies et propose un cadre sérieux.

    Intégrer l’un de ces écoles pour devenir joueur professionnel est une utopie à mon sens et ne doit surtout pas être le critère de choix principal.
    Comme dans le sport, les meilleurs joueurs seront repérés et n’auront pas besoin de payer une formation pour devenir pro.
    Garder ce rêve en tête est une bonne chose, j’ai moi-même compris a 16 ans seulement que je ne serais pas joueur pro de football mais la passion du football a été le conducteur de beaucoup de décisions professionnelles


The tutorial

Job Spotlight

Employer focus

BETAGAME - L'essentiel des jeux Bêta

Betagame.fr est une association à but non lucratif (loi 1901) qui propose notamment de regrouper et de partager des informations pertinentes sur la localisation de clefs beta permettant de tester de nouveaux jeux vidéo en avant première. Le...

Don't hesitate to check one of our others interviews